IMG_0886 copie.jpg

Tu sais c'qui t'dis l'cassis ?!

Noir de Bourgogne...

Avant de devenir liqueur, notre cassis passait pour soigner tout type de maladie : morsures de vipères, petite vérole et même la mélancolie. Bref au XIXe siècle le cassis, c'est la panacée. Feuilles, fruits, infusions décoction... On l’utilisait de toutes les manières possibles et imaginables. Mais en dehors du ratafia, obtenir une boisson, alcoolisé s’entend, à partir du seul cassis, qui soit buvable, ne semblait guère gagné.

En 1841 Denis Lagoutte, liquoriste dijonnais, monte à Paris. Dans la capitale la grande mode est au ratafia de cassis. Il ne lui en fallait pas plus pour, de retour à Dijon s’ateler à la confection d’une liqueur 100% cassis. Ainsi nait la crème de cassis de Dijon.

Qu'elle soit de Dijon ou de Bourgogne, c'est du pur fruit... : 

Fruits + alcool + sucre...

Bon 'accord le taux de sucre peut être un peu élevé (de 450 gr à 575 gr de sucre par litre selon les liquoristes. 

Mais, même s'il est très mauvais d'aimer tout de ce qui est bon (Ref. La Grande Vadrouille), il n'en reste pas moins qu'en Bourgogne le précepte qui prévaut reste qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien...