2013©CGF.png

Saint Flocel

Du Cotentin à la Bourgogne

Flocel vivait dans le Cotentin à la fin du IIe siècle de notre ère. Originaire d’une riche famille il intègre la garde d’honneur du gouverneur de la Gaule à cette époque.

 

Lors d’un passage à Bayeux, Flocel, déjà converti à la religion chrétienne, refuse de participer à un sacrifice en faveur du Dieu païen du soleil Belen. Dénoncé par la suite, Flocel est torturé puis décapité. 

 

Si son corps est conservé dans un premier temps dans le Cotentin, ses reliques sont transportées à l’intérieur des terres à la fin du IXe siècle, comme beaucoup d’autres. Cette période connaît, en effet, de nombreuses incursions des peuples Vikings, qui depuis la Scandinavie organisent de fréquents raids sur les terres plus au Sud. D’où la nécessité de mettre en lieux sûrs dans des territoires moins facilement accessibles toutes les reliques. Beaucoup d’entre elles arrivent en Bourgogne à cette époque. Celles de Saint Flocel sont mises, d'abord, en sécurité au Mans. 

 

C’est au début du Xe siècle après la victoire que les Bourguignons remportent sur les Normands, que les reliques de Saint Flocel sont rapportées et conservées dans un premier temps dans un village du pays beaunois.

 

En 965, Otton, alors duc de Bourgogne, organise une grande cérémonie pour transférer les précieuses reliques jusque dans la nouvelle chapelle construite pour l’occasion dans la cité beaunoise.

 

Le culte de Saint Flocel prend alors beaucoup d’ampleur en ville et la chapelle accueille de nombreux pèlerins.

© C. Glain-Fromont 05/2021