MULOT CGF.jpg

Pain d'épices

De Dijon...

S’il fallait faire un historique du pain d’épices c’est probablement dans la Grèce antique et chez les romains, avec le pain au miel, que nous irions en premier.

Au Xe siècle en Chine on confectionne le Mi-Kong qui se rapproche plus de notre pain d’épice actuel ; de la farine de froment cuite avec du miel à partir desquels on réalise ensuite diverses formes. Cette douceur se consommait lors des fêtes du solstice d’hiver.

Les guerriers mongols de Gengis Khân transportaient, eux, des tranches de pain d’épices sous leur selle pour garantir leur leur survie dans des conditions extrêmes.

De Chine, le pain d'épices passe aux Arabes. Les chevaliers français l'auraient découvert durant les croisades. Et comme les guerriers de Gengis Khân avant eux, Ils l'utilisent comme ration de survie au cours de leur périple à travers l’Europe.

L’arrivée du pain d’épice dans nos contrées remonte donc probablement aux alentours du XIIe siècle.

Pour sa conquête dijonnaise, il semble difficile d'en connaître la période exacte. On évoque la fin du XIVe siècle lorsque que le duc Philippe le Hardi épouse Margueritte de Flandres qui aurait eu un faible pour le boichet : petit gâteau fait de farine de froment et de miel blanc.

On évoque aussi son arrivée au milieu du XVe siècle à l'époque où son petit-fils, le duc Philippe le Bon l’aurait rapporté de Courtrai, des terres flamandes de son domaine.